de Judith Vanistendael, aux éditions Le Lombard (janvier 2012)

 

couv

Ce livre tourne autour de David, mari, père et grand-père soixantenaire qui vient d’apprendre qu’il a un cancer et est condamné.

Chaque chapitre est consacré à l’une des femmes de sa vie, aux souvenirs et à la relation qu’elle a avec lui mais aussi avec la maladie : comment exprimer la peur, de quelle manière préparer un deuil qui s'annonce difficile, de quelle façon accompagner le mourant, dans le dit et le non-dit. On va ainsi découvrir tour à tour la vision de Miriam, sa fille ainée issue d’un premier mariage ; de Paula, sa jeune et nouvelle épouse et de Tamar, sa jeune fille de 8 ans.

Seule la fin de l’album est totalement focalisée sur David et sur sa mort, inévitable.

Alors, je ne vais certainement pas vous dire que ce livre est joyeux, je l’ai refermé en pleurant chaudement. Pourtant, il est plus émouvant que réellement triste. Et juste.

Quant au dessin à l’aquarelle, on l’aime ou pas. Je l’ai trouvé assez confus mais joliment coloré. De plus, il porte particulièrement bien l’histoire.

Un très très beau livre, voir un petit chef-d’œuvre à découvrir d’urgence !

david_les_femmes_et_la_mort_image1

david_les_femmes_et_la_mort_image2