de Batia Kolton, aux éditions Actes Sud BD (2005)

couv


Substance profonde est un recueil israélien de nouvelles illustrées, clichés tranquilles et souriants dans un style rétro US aux couleurs surannées qui ne sont là que pour mieux mettre en évidence un détail, toujours dérangeant. Un détail surréaliste (à l’instar de la jeune femme unijambiste de la couverture) qui fait flancher l’ensemble et donne une tonalité critique au récit.

Surréalisme israélien. Oui, vous avez bien lu, et le surréalisme est ici utilisé comme arme poétique à l’encontre d’un système politique que l’auteure critique. Pour moi, la nouvelle Eck Ova illustre parfaitement cela : dessins de militaires avec un texte sans aucune cohérence, mais dont le rythme rappelle les ordres scandés, aboyés.

Substance profonde est un livre à plusieurs niveaux : on l’aborde tout d’abord pour ses images proprettes ; puis vient le texte, pas toujours clair ni explicite mais en adéquation avec l’illustration et enfin on découvre un détail surréaliste, dérangeant, qui donne au récit une coloration beaucoup plus inquiétante, un autre sens aux dessins et aux mots.

Très beau livre, qui, l’air de rien, fait réfléchir sur des choses bien plus profondes qu’il n’y paraît. A découvrir !